Lectures du jour

Les Lectures du Jour

En ce temps-là, Jésus avait donné un enseignement dans la synagogue de Capharnaüm. Beaucoup de ses disciples, qui avaient entendu, déclarèrent : « Cette parole est rude ! Qui peut l’entendre ? »
Jésus savait en lui-même que ses disciples récriminaient à son sujet. Il leur dit : « Cela vous scandalise ?
Et quand vous verrez le Fils de l’homme monter là où il était auparavant !...
C’est l’esprit qui fait vivre, la chair n’est capable de rien. Les paroles que je vous ai dites sont esprit et elles sont vie.
Mais il y en a parmi vous qui ne croient pas. » Jésus savait en effet depuis le commencement quels étaient ceux qui ne croyaient pas, et qui était celui qui le livrerait.
Il ajouta : « Voilà pourquoi je vous ai dit que personne ne peut venir à moi si cela ne lui est pas donné par le Père. »
À partir de ce moment, beaucoup de ses disciples s’en retournèrent et cessèrent de l’accompagner.
Alors Jésus dit aux Douze : « Voulez-vous partir, vous aussi ? »
Simon-Pierre lui répondit : « Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle.
Quant à nous, nous croyons, et nous savons que tu es le Saint de Dieu. »




Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris
- Service offert par l'Evangile au Quotidien -
Pour recevoir tous les matins l'Évangile par courriel, levangileauquotidien.org

Le Commentaire du Jour

« Je suis le pain de vie, le vrai pain, celui qui descend du ciel et donne la vie au monde » (Jn 6,32-33)... Vous désirez ce pain du ciel, vous l'avez devant vous, et vous ne mangez pas. « Mais je vous l'ai dit : parce que vous m'avez vu, vous ne croyez pas » (Jn 6,36). Pour autant je ne vous rejette pas : votre infidélité a-t-elle annulé la fidélité de Dieu ? (Rm 3,3) Vois donc : « Tout ce que mon Père me donne viendra à moi et celui qui viendra à moi, je ne le jetterai pas dehors » (Jn 6,37). Quelle est cette intériorité d'où l'on ne sort pas ? Un grand recueillement, un doux secret. Secret qui ne lasse pas, pur de l'amertume des pensées mauvaises, exempt du tourment des tentations et des douleurs. N'est-ce pas dans un tel secret qu'entrera ce serviteur fidèle qui s'entendra dire : « Entre dans la joie de ton Seigneur » (Mt 25,21) ?...

Celui-là, tu ne le jetteras pas dehors, car tu es descendu du ciel non pour faire ta volonté, mais la volonté de celui qui t'a envoyé (Jn 6,38). Mystère profond !... Oui, pour guérir la cause de tous les maux, c'est à dire l'orgueil, le Fils de Dieu est descendu et il s'est fait humble. Pourquoi t'enorgueillir, ô homme ? Dieu s'est fait humble à cause de toi. Tu rougirais peut-être d'imiter l'humilité d'un homme ; imite l'humilité de Dieu... Dieu, lui, s'est fait homme ; toi, ô homme, reconnais que tu es homme : toute ton humilité consiste à te connaître. C'est donc parce que Dieu enseigne l'humilité qu'il a dit : « Je ne suis venu que pour faire la volonté de celui qui m'a envoyé... Je suis venu, humble, enseigner l'humilité comme un maître d'humilité. Celui qui vient à moi devient membre de mon Corps ; celui qui vient à moi devient humble... Il ne fait pas sa volonté, mais celle de Dieu ; c'est pourquoi il ne sera pas jeté dehors, comme quand il était orgueilleux » (cf Gn 3,24)


    levangileauquotidien.org